02 juin 2010

02.06.2010

Mon Amour;

Tu m'as appris à vivre, à aimer. Mais j'ai la sensation d'avoir tout perdu. J'avais tout parce-que tu etais tout. Il faudra un jour que tu m'explique, ce qui s'est passé. Non enfait, tu me l'as déjà expliqué. Enfin, t'as essayé. C'était lundi. On est tout les deux allés à Zen zen boire un truc vite fais, histoire de faire genre. On parlait, mais sans plus, on parlait pas vraiment des choses importantes, on parlait de tout et de rien, on parlait pour parler, comme ça. Puis on est sortit, il y'a eu le vent et ma jupe. Il y'a eu le "vient on va chez moi, j'en peux plus là". Alors on est partit, effectivement on est allés chez moi, exactement comme au resto, on a parlé sur mon lit, de tout et de rien. Jusqu'au moment où tu m'as prise dans tes bras, comme ça, en me demandant si je te faisait mal. Je t'ai laissé faire en te caressant la main, c'était la seule partie de ton corps que je pouvais toucher en réalité.

Et là t'as dis que tu m'aimais. Comme ça, sans raison apparente. T'as dis qu'il n'y aurait que moi et moi seule. Tu m'as tout expliquer, tout ce qui concernait notre séparation. C'était impressionant. Enfait, j'étais contente que t'ai eu le visage enfouit dans mon coup à ce moment là, parce-que, je ne sais pas pourquoi, les larmes coulaient toutes seules de mes yeux. J'étais heureuse de te revoir, tellement, au bout de mois et de mois marqués de ton absence. Mais j'étais aussi tellement triste... Parce-que je savais que ça signifiait une nouvelle séparation. Une nouvelle absence de ta part .. Tu ne le fais pas exprès, je le sais, mais tu devais repartir .. Pour revenir quand ? Je n'ai toujours pas la réponse. J'ai toujours ton absence qui me colle à la peau. Et effectivement, t'es partit. " Tu crois que ça fait chauffer si je t'embrasse ? " et tu m'as embrassée, après mon approbation. Qu'était-ce ?

C'était passionné. C'était nous comme on l'avait toujours été. Le problème, c'était que j'étais persuadée avant ça de pouvoir vivre sans toi. Evidement, je m'auto-persuadais, et c'était plus que faux.. Je ne savais pas vivre sans toi. J'allais sur ton facebook et ton blog même si je t'avais supprimé de tout. Je te suivais parce-que je voulais voir comment tu vivais, je voulais voir si je te manquais .. Je ne savais pas si oui ou non, en tout cas j'avais l'impression d'avoir une sorte de présence, enfait j'avais ton image, ton odeur, ton rire qui me collait à la peau. Je ne pouvais pas me déplacer sans toi. Je ne pouvais pas, parce-que t'étais enfoncé dans mon crane. Mais jusque là, je ne m'en rendais pas compte.. Et tu m'as embrassée, en me précisant que tu ne pouvais plus te remettre en couple. Je ne sais pas si ça m'a mis du baume au coeur ou si au contraire ça me l'a brisé. Tu es partout.

En tout cas, maintenant, je me rends compte que tu es partout.

Posté par Eaufeelit à 19:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 02.06.2010

Nouveau commentaire